Sainte-Odile d’Été

By 30 juin 2018Archives

Ce dimanche, 1er  juillet, 177e anniversaire de la translation des reliques de sainte Odile.

Le 23 avril 1795, le chanoine Rumpler se rend au Mont Sainte-Odile.  Il relate cette visite : « en traversant Ottrott, je pris avec moi pour m’accompagner, sans doute sur l’inspiration de mon bon esprit, non seulement le maire de cette commune, mais aussi l’agent et un autre citoyen honnête. Notre première entreprise à notre arrivée au lieu saint fut de visiter la chapelle où reposaient les reliques de la sainte abbesse. Mais de quelle douleur fûmes-nous submergés à l’aspect du tombeau que les hommes dépravés de la Terreur avaient défoncé ! Combien grandes furent en revanche notre consolation et notre joie quand nous tendîmes une lumière vers l’intérieur, par une ouverture de la taille d’une tête d’enfant, et que nous vîmes les ossements de sainte Odile étendus là, intacts, en bon ordre ».

Rumpler a acheté le Mont Sainte-Odile en 1796 en tant qu’« homme de loi ». Au motif de sauver les reliques de la profanation en cette période révolutionnaire, il les a fait descendre à l’église d’Ottrott où elles ont d’abord été enfermées dans la sacristie. En présence d’un Prémontré, selon ses dires : sans doute Frédéric Dickès, le seul dans les parages à ce moment.

C’est le 3 novembre 1798 que des prêtres veulent soustraire les reliques à un danger : et ce danger s’appelle Rumpler, dont on devine les intentions. Le curé d’Ottrott et celui de Klingenthal, assistés de quatre citoyens, transportent le précieux dépôt, à 11 h du soir, dans la maison qui est actuellement l’Hostellerie des Châteaux, et le murent dans la cave à son insu.

Rumpler fait des pieds et des mains pour récupérer les reliques. Il croit y parvenir en 1799 (d’où l’inscription sur la dalle gothique de la chapelle), mais n’y arrivera qu’en 1800.

Revenues au Mont en 1800, les reliques sont cachées en lieu sûr.

Leur translation des reliques en juillet 1841 a donné lieu à une grande fête à laquelle a assisté une foule innombrable de fidèles.

En souvenir de cette translation, le 1er dimanche de juillet, on célèbre au Mont la sainte Odile d’été, tandis que le 13 décembre, jour de sa mort, on y célèbre la sainte Odile d’hiver.

–   8 h 30 : Laudes

–   9 h 30 : Procession depuis la Source d’Odile

– 10 h 00 : Messe solennelle,présidée par Mgr Paolo Rudelli, envoyé spécial du Saint-Père près le Conseil de l’Europe.

– 14 h 30 : Dévotion à sainte Odile et vénération de la relique.

– 15 h 00 : Vêpres et procession du Saint-Sacrement puis Bénédiction de la Plaine.