Qu'est-ce qu'un jubilé ?

Dans la Bible

À l’origine, le Jubilé est l’année qui clôture le cycle de sept années sabbatiques. ‘Sabbat’ vient du chiffre 7 qui se prononce sabba’a dans les langues sémitiques).

À l’instar du 7ème jour de la Création qui devait être un jour chômé, de repos, comme le rapporte la Bible en Genèse 2, 3 : « Dieu bénit le septième jour : il le sanctifia puisque, ce jour-là, il se reposa de toute l’œuvre de création qu’il avait faite », la septième année d’un cycle avait même fonction de repos sabbatique.

« Vous compterez sept semaines d’années, c’est-à-dire sept fois sept ans, soit quarante-neuf ans. Le septième mois, le dix du mois, en la fête du Grand Pardon, vous sonnerez du cor pour l’ovation ; ce jour-là, dans tout votre pays, vous sonnerez du cor. Vous ferez de la cinquantième année une année sainte, et vous proclamerez la libération pour tous les habitants du pays. Ce sera pour vous le jubilé : chacun de vous réintégrera sa propriété, chacun de vous retournera dans son clan. Cette cinquantième année sera pour vous une année jubilaire : vous ne ferez pas les semailles, vous ne moissonnerez pas le grain qui aura poussé tout seul, vous ne vendangerez pas la vigne non taillée. Le jubilé sera pour vous chose sainte, vous mangerez ce qui pousse dans les champs. » (Lévitique 25, 8-12)

La cinquantième année, celle qui achevait les 7 cycles de 7 ans, était appelé Jubilé, du nom de l’instrument – le Jobel – qui l’annonçait à tout le peuple. (PJ)

 

Le Jobel

Le terme hébreu Jobel signifie, selon les rabbins, une corne de bélier, avec laquelle on annonçait l’année du jubilé. Mais comment la corne de bélier, qui est solide, et non creuse, pourrait-elle servir de trompette? C’était donc apparemment une trompette de cuivre, faite en forme de corne de bélier. D’autres tirent l’étymologie de Jobel, de l’hébreu Jubal, qui signifiait, dit-on, autrefois ‘jouer des instruments’. (PJ – YP)

 

L’année sainte

À l’imitation des Juifs, les chrétiens ont aussi établi un jubilé, mais lié à la rémission des péchés et l’indulgence que l’Église accorde aux pécheurs, en vertu du pouvoir qu’elle a reçu du Christ de lier et de délier. C’est à l’initiative du pape Boniface VIII, en l’an 1300, que la première année sainte a été proclamée et c’est sous le pontificat de Sixte IV (1471) qu’elle est devenue Jubilé.

Dans les commencements, ces années saintes ne s’accordaient que tous les cent ans ; mais le pape Clément VI, en 1342, les réduisit à cinquante. Grégoire XI les avait fixés à trente-trois ans et Paul II, trouvant la durée encore trop longue, ordonna un Jubilé tous les vingt-cinq ans ; ce qui s’est souvent pratiqué depuis ce temps-là, sans empêcher les souverains pontifes d’accorder aussi des jubilés dans les grandes nécessités de l’Église. (PJ – YP)

 

 

Le jubilé du Mont Sainte-Odile

Un Jubilé à ne pas manquer sur le plan religieux, régional et européen

La date de la mort de sainte Odile a été de longue date fixée au 13 décembre 720… Le 13 décembre 2020 marquera donc les 1300 ans de sa mort par un Jubilé pour le Mont, pour l’Eglise d’Alsace, pour la nouvelle région Grand-Est et pour les pays voisins.

Le calcul symbolique de 1300 jours avant le 13 décembre 2020 nous mène au 25 mai 2017, solennité de l’Ascension… Cette fête a été retenue pour lancer le Jubilé avec une programmation spirituelle, mais aussi culturelle et artistique, et monter crescendo vers le temps fort du Jubilé 2020 qui se situera entre le dimanche 5 juillet (Sainte Odile d’été) et le 13 décembre (Sainte Odile d’hiver).