Chapelle des larmes

LA DÉMARCHE DE L’INDULGENCE PLÉNIÈRE

Le pape accorde l’indulgence plénière aux pèlerins qui participeront au Jubilé des 1300 ans de la mort de sainte Odile. Mais qu’est-ce que l’indulgence plénière ?

 

Une petite parabole.

« Pierre a volontairement cassé une vitre, il l’a regretté et sa mère lui a pardonné, sans aucune condition, simplement parce qu’il le lui a demandé de tout son cœur et parce qu’elle l’aime. Heureux de ce pardon reçu et conscient du dommage qu’il a causé, Pierre voudrait réparer cette vitre, mais il n’a pas assez d’argent dans sa tirelire d’enfant. Il en donne pourtant le modeste contenu à sa mère et celle-ci et aussi ses camarades et ses frères et sœurs donnent ce qui manque. » Nous sommes Pierre, Dieu est cette mère qui pardonne et les saints sont nos amis et nos frères. La petite pièce est cet acte qui nous est demandé d’accomplir et auquel l’Église lie l’indulgence. Ce moyen qui peut nous sembler modeste est un moyen pédagogique qu’elle utilise pour nous associer au travail de la grâce du Seigneur en nous.

 

La prise de conscience des conséquences de notre péché.

Face à l’amour de Dieu pour nous, quand nous confessons notre péché, nous regrettons d’avoir offensé Dieu et nos frères et nous recevons le pardon du Seigneur. Mais conscients que demeurent des séquelles du péché (la disharmonie que nous avons introduite dans la création) nous ressentons le besoin de nous laisser purifier par la puissance restauratrice de l’amour de Dieu, dès ici-bas et après la mort.

En déclarant que l’indulgence est attachée à telle démarche, l’Église donne son assurance officielle d’intercéder universellement pour qu’ait lieu cette purification des « restes du péché ». Notre démarche personnelle de conversion, qui se manifeste par l’accomplissement de tel ou tel acte, est soutenue par la communion des saints. Nous puisons dans le trésor d’amour acquis par le Christ et les saints pour restaurer ce que notre péché avait détruit.

 

La disposition fondamentale pour recevoir l’indulgence est la présence dans l’âme de la charité. L’indulgence ne remplace pas le sacrement de la pénitence mais présuppose la confession et nous permet avec l’aide des saints, de faire fructifier en nous les effets du pardon du Seigneur.

Puisque l’indulgence s’inscrit dans une démarche pénitentielle, il faut donc se confesser, recevoir la communion, et accomplir l’acte indulgencié (prière, pèlerinage, etc.) déterminé par le pape aux intentions duquel on s’unit par la prière.

L’acte indulgencié ne produit rien en soi s’il n’y a pas en nous le désir de combler ce manque d’amour que nous avons provoqué par notre péché. Il faut donc un cœur ouvert et désireux de se convertir pour accueillir en plénitude les effets de la grâce miséricordieuse du Seigneur.

 

Conditions pour recevoir l’indulgence plénière durant le jubilé de sainte Odile :

  • recevoir le sacrement de réconciliation ;

  • participer à l’eucharistie et communier ;

  • prendre un temps de prière dans un des lieux de la basilique Sainte-Odile (église, chapelle du Tombeau, chapelle de la Croix, chapelle Sainte-Attale), aux intentions du pape François.