SAINTE ODILE AUJOURD’HUI

Depuis 1300 ans maintenant, le Mont Sainte-Odile est un sanctuaire, un lieu de prière, un lieu d’accueil, de recueillement et de grâces. À travers les siècles, la population qui a gravi le Mont a toujours été cosmopolite : riches ou pauvres, malades ou en bonne santé, venant rendre grâce ou venant implorer, venant admirer la vue ou venant prier à la chapelle du Tombeau, chrétiens ou non : tous sont venus au Mont et beaucoup ont été touchés, émus. L’eau de la source, la ferveur de la prière, la grâce du lieu ont permis d’illuminer les cœurs.

Le Mont Sainte-Odile, aujourd’hui, ce sont près de 700.000 personnes qui, chaque année, gravissent la montagne sainte, venant d’Alsace, de France, mais aussi d’Europe et du monde entier. Pèlerins et touristes sont mêlés et celles et ceux qui viennent au Mont Sainte-Odile n’y viennent pas par hasard.

  • Près de 2000 membres de la confrérie de l’Adoration perpétuelle du Mont Sainte-Odile se relayent, semaine après semaine, rejoints par de nombreux pèlerins chaque mercredi. Ils prient pour la paix, pour notre Église diocésaine et pour les vocations sacerdotales et religieuses.

  • De nombreux pèlerins, de toutes origines sociales et culturelles viennent au Mont pour allumer une bougie, pour prier un temps dans l’église Notre Dame de l’Assomption, pour déposer des intentions de prière à la Chapelle de la Croix ou à la Chapelle du Tombeau.

  • De nombreux touristes passent aussi au Mont Sainte-Odile pour admirer la vue, époustouflante, pour respirer l’air vivifiant de la montagne. En beaucoup de touristes sommeille un pèlerin qui parfois s’ignore.

Odile accueille chacun avec le même amour et elle présente les prières de chacun, même maladroites ou mal formulées, au Père de miséricorde.

Au Mont Sainte-Odile, chacun, chacune peut venir. Chacun, chacune, selon son besoin, selon son désir aussi, peut être accueilli, écouté (il existe au Mont Sainte-Odile une équipe d’écoutants qui assure 2 à 3 permanences par semaine à la salle du Vatican). Chacun, chacune peut recevoir la grâce de la miséricorde de Dieu dans le sacrement de la Réconciliation, la vie et la force du Christ Ressuscité dans le sacrement de l’Eucharistie, l’apaisement de la prière et de l’intercession.

Le Mont Sainte-Odile est un lieu de restauration… en deux sens :

  • Restauration, renouvellement, re-création de la vie surnaturelle dans le cœur de chacun, de chacune.

  • Restauration, repos, accueil, à la salle des Pèlerins ou au restaurant, voir, pour une ou plusieurs nuits,à l’hôtel.

Que sainte Odile vous permette de vivre ce temps du Jubilé dans l’action de grâce et qu’à sa prière le Seigneur renouvelle en chacun et chacune de vous les grâces du baptême.

M. l’abbé Christophe Schwalbach+Recteur

L'Adoration perpétuelle

C’est en 1931 que Mgr Ruch, alors évêque de Strasbourg, promeut l’Adoration eucharistique perpétuelle au Mont. Sans interruption depuis cette date, même pendant la guerre, des groupes d’adorateurs, réservés d’abord aux hommes puis ouverts aux femmes, issus de tous les cantons d’Alsace, se relaient chaque semaine pour assurer, nuit et jour, la prière silencieuse d’adoration, de louange et d’intercession, devant l’Ostensoir qui manifeste la Présence eucharistique de Celui qui a dit : « Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » (Mt 28, 20)

L’Adoration n’est ni compliquée, ni magique, ni sortie du réel. Elle est relation d’amour avec Dieu ; en ce sens elle est exigeante.

« Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout. »

Cela nous fait réfléchir au vrai sens de l’Adoration.

Déjà présente dans l’ancienne Alliance, elle est une attitude spirituelle que l’on retrouve dès la naissance de Jésus : les bergers, les mages viennent se prosterner devant lui pour l’adorer.

Adorer Jésus dans le Saint-Sacrement, c’est reconnaître la présence réelle du Corps et du Sang du Christ.

Adorer, c’est se mettre en présence de Jésus et laisser son amour grandir en nous.

Adorer c’est vivre un cœur à cœur avec Dieu.

Récemment, le pape François interrogeait : « Toi, moi, adorons-nous le Seigneur ?

Allons-nous à Dieu seulement pour demander, pour remercier ou allons-nous aussi à lui pour l’adorer ? »

Adorer Dieu signifie rester avec Lui, Lui donner la place qu’il doit avoir, dialoguer avec lui, s’intéresser à lui, à ses projets d’amour sur nous, le reconnaître comme le seul Dieu, le Dieu de notre vie, le Dieu de notre histoire.

Quel sens pouvons-nous donner à l’adoration eucharistique ?

La messe est la démarche eucharistique par excellence. Elle nous permet de nous unir à l’action de grâce du Christ qui s’offre à son Père et de nous offrir avec Lui avec la force de l’Esprit Saint.

L’Adoration eucharistique, solennelle ou silencieuse, collective ou individuelle, prolonge en nous la célébration eucharistique.

L’Adoration nous invite à un double mouvement : rejoindre et adorer le Christ ressuscité, glorieux près du Père, mais aussi rejoindre l’ensemble de l’humanité.

L’Adoration eucharistique est le prolongement de la messe en nous. C’est alors qu’elle prend tout son sens. Nous adorons en méditant la Parole de Dieu que nous avons reçue.

L’Adoration eucharistique, c’est faire silence en soi pour se laisser pénétrer, modeler par la Parole de Dieu.

Le but de l’Adoration eucharistique est de nous envoyer en mission.

Pèlerins

Source de sainte Odile

Chaque pèlerin qui vient s’inscrit dans les pas des innombrables pèlerins l’ayant précédé depuis 1300 ans.

Pour autant il n’existe pas pas de pèlerin type. 

Chacun vient puiser auprès d’Odile en fonction de qui il est et de comme il est, le jour où il monte.

Que ce soit pour se nourrir dans la prière, pour se nourrir dans l’eucharistie, pour se nourrir de la rencontre avec les autres, pour se nourrir de la beauté de la création, ou bien encore pour se nourrir au restaurant, aucune de ces nourritures ne se prend seul et chacune répond aux besoins du pèlerin.

Chapelle de la croix

Le sanctuaire a de multiples facettes, qui toutes ensemble permettent à chacun d’y trouver de quoi nourrir son âme et son corps.